Les 47 ronins

Qu’est ce qu’un Rônin ?

 

A l’origine ce nom désignait les paysans qui perdant leurs terres (guerre, confiscation…) erraient à la recherche de travaux pour pouvoir survivre. Par extension ce terme fut appliqué aux samouraïs ayant perdu terres ou maîtres et qui se trouvaient ainsi désœuvrés. Ils vendaient alors leurs services à la cause du plus offrant comme piétaille, mercenaire ou garde du corps... Le nombre de samouraïs rônin augmenta considérablement après le guerre civile de l’Ônin entre 1567 et 1577. 

De nos jours ce terme est utilisé pour les étudiants qui n’ont pas été pris dans l’université de leur choix et qui attendent d’être admis dans une autre école ou faculté.

Tombes des 47 ronins au temple Sengakuji

 

L’histoire des 47 Rônin « Akô Gishi ».

 

Comme chaque année depuis son accession au trône en 1687 l’empereur Higashiyama (1675-1709) devait envoyer une ambassade près du Shôgun Tokugawa Tsunayoshi afin de présenter ses vœux. Comme chaque année le Shôgun chargea certains de ses vassaux le soin d’organiser dignement l’arrivée des émissaires de l’empereur. En 1701 le Shôgun Tokugawa Tsunayoshi désigna notamment le seigneur (daimyô) Asano Naganori (1665-1701). Asano Naganori jeune daimyô de 36 ans du petit fief d’Akô demande conseil pour l’organisation de cet événement à Kira Yoshinaka. Kira Yoshinaka (1641-1703) est un samouraï maître des cérémonies de la maison du Shôgun Tokugawa Tsunayoshi. Kira Yoshinaka, fier et hautain, refuse dédaigneusement plusieurs fois son aide à Asano Naganori. Asano Naganori dans un mouvement de colère le blesse légèrement de son sabre au front et à l’épaule. Le Shôgun apprenant cet écart de conduite dans sa maison condamnera sans autre investigation Asano Naganori au suicide.

Les règles de l’époque auraient voulu que les deux parties soient punies. Kira Yoshinaka ne sera cependant pas inquiété.

Asano Naganori est inhumé au temple Sengaku-ji. Ses terres sont alors confisquées et ses troupes composées notamment de 300 Samouraïs dispersés. Sa famille perdra tous ses titres. Une demande en révision fut soumise au Shôgun pour la réintégration de la famille Asano dans ses terres et titres. Cette demande sera rejetée.

L'attaque

 

L’histoire aurait pu s’arrêter là. A la mort de leur maître un groupe de Samouraï, désormais des rônin, décida de venger la mort d’Asano Naganori. Le groupe composé de 47 rônin, emmené par Ôishi Kuranosuke, attendra presque 2 ans. Ils passèrent à l’action la nuit du 14 décembre 1702 en attaquant la demeure de Kira Yoshinaka. Ils le décapitèrent, lavèrent sa tête dans le puits du temple Sengaku-ji et la posèrent sur la tombe de leur maître Asano Naganori. Terasaka Kichiemon un rônin du groupe parti immédiatement avertir les autres anciens Samouraï d’Asano Naganori de la nouvelle.

Le retour des ronins

 

Pendant ce temps les 46 autres rônin se rendirent auprès du Shôgun Tokugawa Tsunayoshi qui les condamna au suicide en dépit d’un important soutien populaire. C’est le 4 février 1703 que 46 des 47 rônin se suicidèrent dans l’enceinte du temple Sengaku-ji . C’est à ce même endroit près de leur maître qu'ils furent inhumés.

Après avoir accompli sa mission Terasaka Kichiemon le quarante-septième Rônin se livra au Shôgun qui le gracia. A sa mort, il sera inhumé avec ses compagnons et son maître au Sengaku-ji . Entre temps un autre ancien Samouraï d’Asano Naganori vint se suicider au Sengaku-ji pour se faire pardonner de ne pas avoir participé à l’attaque contre Kira Yoshinaka. Cette histoire toucha profondément le peuple japonais qui l’immortalisa définitivement dans plusieurs pièces de théâtre : Chûshingura, Goban Taiheiki-ki… ainsi qu'un film nommé les "47 rônins" de Kenji Mizoguchi.

Deux des 47 ronin : Horibe Yahei et son fils adoptif, Horibe Yasubei

 

 

 

D'après le site : http://www.clickjapan.org