Kamiza

kamidana-s.jpg

 

Si vous avez déjà pénétré dans une école traditionnelle d'arts martiaux japonais ou dans une maison traditionnelle, vous pouvez vous demander ce qu’est l’intéressante étagère au centre de la pièce, ou plus simplement pourquoi les gens s'inclinent devant.

 

Le kamiza (littéralement "siège de l’esprit») est un point focal dans la plupart des Dojo japonais et dans les maisons traditionnelles.

Le Kamidana est un plateau qui comporte un sanctuaire et d'autres éléments liés à kamiza.

Le Kami est un terme utilisé pour décrire les divinités dans la religion ancestrale Shinto (littéralement « la voie des dieux ») japonaise et polythéiste. Ainsi, le terme «kamiza» signifie «résidence pour le Kami». Il s'agit d'un petit sanctuaire qui est utilisé pour signifier un lieu de recueillement, la pureté et le respect.

En plus de son application spécifique au sanctuaire lui-même, Kamiza a également un sens plus large de «place d'honneur ».

Le kamidana comporte un autre aspect important dans les maisons, car il représente le culte des ancêtres. "Culte" est utilisé ici à la légère, pensé plus comme « respect envers les ancêtres » que réelle religion.

Dans un Dojo d’arts martiaux, nous n’y accordons que le respect du patrimoine de notre art et est une manière de rendre hommage à la génération actuelle du Soke («directeur», «intendant de la génération», ou «grand maître») et les générations de Soke précédentes. Ainsi, les voir sous cet angle, kamiza, et son salut, ne sont pas à considérer comme des éléments religieux imposés. Pensez-y comme une icône de la culture japonaise. Nous n'avons pas à «prier» l'un des «dieux» dans notre formation, et nous ne sommes pas tenus de supplanter une religion avec des dieux trouvés dans le Shintoïsme ou toute autre philosophie japonaise.

Lorsque les élèves s’inclinent à Kamidana au début et à la fin d'une session de formation (kamiza ni rei – cf. article sur le salut), ils font preuve de respect pour le patrimoine de leur art.

Il est possible que les Occidentaux puissent avoir des difficultés à l'idée de saluer, en particulier des objets ou des choses inanimées. Cependant, suivre une voie traditionnelle exige une attitude d'ouverture d'esprit. S’incliner à Kamidana n'est pas une signification religieuse ou la soumission à une quelconque religion, c'est le rappel d'une obligation volontaire de sa prise en charge.

Le petit temple dans le Dojo est là pour représenter quelque chose de spirituel, quelle que soit la croyance individuelle de chacun. Nous utilisons le Kamidana Shinto pour nous rappeler que nous devrions nous former mieux en tant qu'êtres humains, une valeur universelle, et non pas seulement travailler des techniques pour se transformer en machines à lutter (cf. article sur le Dojo Kun).

De nombreuses petites choses sont disposées sur le plateau, et que représentent-elles ? Certains Kamidana sont différents des autres. Il existe une grande variété de formes et de tailles, ils représentent un sanctuaire shintoïste réel qui peut exister quelque part au Japon. Commune à tous les Kamidana, est la pièce maîtresse - un sanctuaire (Jinja). Il est traditionnellement fabriqué en Cyprès, bois japonais, appelé "Hinoki". Ce type de bois provient d'une région particulière au Japon, et est connu pour sa texture pure et l’élégante de sa couleur. Le sanctuaire représente le cœur de la famille, ou le patrimoine de l'art martial, il doit être exposé sur une étagère dans un endroit propre - 5 à 6 pieds de haut (1,5m ~ 1,8m) sur le mur nord, ou ouest si le nord ne convient pas, et dans une salle lumineuse. A ce sujet, il convient de noter que traditionnellement le début des kata se pratique toujours au nord, même dans un endroit dépourvu de kamiza.

Les éléments suivants que vous verrez généralement sur un Kamidana sont :

 

sm-kamidana-set3bc.jpg

• Shinkyo - C'est le miroir (sacré) qui se trouve sur le stand. Il représente un lieu de résidence de la divinité dans un sanctuaire Shinto réel.

Dans les arts martiaux, nous voyons que les qualités qui sont représentés sur l'autel sont en fait le reflet de celles qu'on trouve en nous-mêmes. 

• Shingu - Il s'agit d'un ensemble de plats en porcelaine et de vases à offrandes qui sont généralement blancs.

Sake-bottle,binbou-tokkuri,.jpg

• Shimenawa - Cette corde de paille de riz tressée est utilisée pour marquer la limite entre le sacré et le profane. Il empêche les impuretés et purifie l'espace intérieur. Les foudres de papier accrochés à la Shimenawa sont appelés «Shide», et sont utilisés pour signifier un marquage du Kami. A noter que traditionnellement, le sensei, lors du salut, dos à Kamiza, doit se trouver légèrement décalé sur le côté et ne pas être un obstacle entre les élèves et kamiza.

                                                             Shimenawa-s.jpg

• Sakaki Date - Ce sont des vases qui contiennent les feuilles de l'arbre Sakaki, un arbre à feuilles persistantes autochtone du Japon. Ils sont le symbole de la présence de la nature, et représentent nos liens avec elle. 

Sakaki_branch-s.jpg

• Mizutama - Il s'agit d'un petit récipient rond qui contient l'eau douce, une offrande à la divinité. 

• Tokkuri - Ce sont de petites bouteilles couvertes rempli de O-miki, un Sake rituellement purifié (alcool de riz).

 

tokk2.jpg

• Sanpo – Parfois utilisé. Il s'agit d'une plaque de petite offrande, faite de bois. L'ensemble Shingu siège sur ce plateau. 

Le Kamidana peut représenter, pour l'artiste martial, de nombreux éléments importants. Les feuilles de Sakaki qui représentent la nature, représentent également la vie par extension.

Dans notre formation martiale, nous espérons développer des compétences et bien d'autres domaines. Les offres de sel, le riz et l'eau peuvent représenter les éléments nécessaires à la vie. Comme si notre formation pouvait nous aider à protéger et à soutenir nos vies et les vies de ceux qui nous entourent.

Un artiste martial est prêt à sacrifier du temps, des efforts, de l'argent, de l'énergie, etc, afin d'acquérir les connaissances enseignées dans l'école.

Le feu des bougies peut représenter la lumière que nous donnons au monde des ténèbres.

Les bouteilles de sake et une bouteille d'eau peut aussi représenter les entités pure et impure qui existent en nous-mêmes.

En reconnaissant que le monde et les humains sont constitués de purs et impurs, nous pouvons travailler à un juste équilibre dans nos vies, concept largement symbolisé dans les arts martiaux par le symbole chinois du Ying et du Yang.

Toutes les qualités résident dans la réflexion que nous voyons quand nous nous regardons dans le miroir qui se trouve sur le sanctuaire. D'une certaine manière, le Kamidana peut représenter le reflet de notre vrai « moi ».

• Kagaribi - Il s'agit d'un support de bougies (3, 5, 7 ou 9), placé en face de Jinja et Sanpo. 

• Sara - Ce sont des soucoupes d’offrandes qui détiennent Oshio (sel) et Okome (riz lavé). 

• Kasuga Toro - Ces lanternes sont généralement construites en bois. Elles représentent les lanternes de pierre réelles que l’on trouve dans les sanctuaires Shinto du Japon.

kagari-s.jpg

Kasuga-Toro-s.jpg

• Ofuda - Il s'agit d'un porte-bonheur qui est dessiné ou calligraphié par un prêtre shintoïste, et provient d'un vrai sanctuaire shintoïste au Japon. Il est placé à l'intérieur du Jinja. 

ofuda-s.jpg

• Daruma Ningyo - Généralement, la personne qui administre le Dojo (chef instructeur) ou les lieux, dépose un objet personnel sur le Kamidana. Souvent, nous verrons une petite poupée rouge et une roue, qui représente le fondateur du bouddhisme zen (Daruma). Il représente l'établissement et la réalisation de ses objectifs dans la culture japonaise (à ne pas confondre avec Maneki-Neko, le chat porte bonheur que l’on retrouve dans tout commerce japonais…). Parfois, vous verrez un seul œil peint sur la poupée. Cela signifie que l'objectif a été fixé. Quand les deux yeux sont dessinés, cela signifie qu’un objectif a été atteint. Bien que le bouddhisme soit une philosophie assez différente de la religion Shinto, les Japonais ne soulèvent pas ce problème avec ces éléments qui partagent le même espace sacré ; les deux pratiques sont largement acceptées.
A la question posée aux Japonais « de quelle religion êtes-vous ? », ils ont coutume de répondre : « nous naissons shinto, nous mourrons bouddhistes »…

Daruma-Ningyo-s.jpg


 

Ce texte est une traduction d’un assez ancien article, probablement de Mme Kyomi Takahashi, Japanese Art Director au Serin Dojo, de Richmond en Virginie (USA), complété et illustré par Lionel D.